Mes voisin-e-s du Bengladesh…

Mes voisins directs de « fesse de ruelle » viennent du Bengladesh. En fait, il y a 3 familles dans le même pâté de maisons.
Leurs petites filles souhaitent flatter ma vieille chatte, Minette, elle qui n’a jamais encore côtoyé d’enfants: nous habitions un 3e étage… Ayant maintenant une cour à elle, elle les regarde de loin, intriguée, fascinée.
Ces familles vivent nombreux dans de très petits logements.
Mes voisins de « fesse de ruelle », le mari est ingénieur de formation. Mais, comme bien des immigrants, il ne peut exercer son métier… Je ne sais pas s’ils sont des réfugiés ou non…
N’empêche, dans cette famille il y a 3 ou 4 enfants déjà et la maman est encore (pour ne pas dire toujours) enceinte…
Et dans ces 3 familles, il n’y a que des filles. Sauf un ou 2 garçons sur pas loin d’une dizaine d’enfants.
De beaux, magnifiques enfants! Et qui se parlent entre eux en français!!! Comme ça fait du bien 😀
Je parlerai des fillettes: des yeux pétillants, de la curiosité, beaucoup de caractère et du vocabulaire – on me questionne sur mon plâtre!
J’aime beaucoup les entendre jouer dans la ruelle. C’est vivant et rafraîchissant.
Surtout sachant le sort qui est dévolu à ces petites filles – tant qu’on les laisse venir au monde… – dans ce coin du globe…
Ici, au Québec, elles auront la chance d’avoir, en tout point, un avenir, de loin, bien meilleur.

Je suis désolée d’avoir toujours à revenir à mon projet de spectacle – je devrais désormais dire « tour de chant », comme se plaît encore à dire Serge Lama; j’aime bien ce terme. Mais, sans être un plaidoyer féministe, les chansons qui se trouvent sur mon album WXYZ… Code secret, un « Opéra-Chansons », et particulièrement celles qui compléteront l’histoire, expriment avec un angle bien personnel la condition des femmes. Toujours aussi fragile. Des histoires d’horreur, les médias nous en apprennent, hélas, régulièrement.

Pourquoi cette histoire?
Parce que cette amie qui était allée au Japon à l’hiver et que cet événement m’aura fait retrouver, même virtuellement seulement, cette Miss Nippon connue il y a longtemps, cette amie, donc, Édith Nicol, alias Edith Musicbox, part à l’aventure dans cette région du globe.
Il est donc à souhaiter que ce projet personnel et professionnel soit rempli d’un aura sain, heureux, agrémenté d’un esprit serein et contemplatif.
Puisse-t-elle y trouver-là, dans cette quête, nourriture à partager avec ses contemplés.
Voilà.
Merci.

Ceci était publié le 3 août 2013.
Menaces d’Al Qaeda, le lendemain, 4 août, le Canada y ferme son ambassade ainsi que dans d’autres pays ciblés…

Publicités

2 réflexions au sujet de « Mes voisin-e-s du Bengladesh… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s