Archives pour la catégorie Actualités

Photo Michel Parent

Subversif, le changement ?

Oui, c’est subversif, le changement !
Parce que changer,
Ça dérange ceux que ça conforte comment tu es.

Ça leur permet de persister à te reprocher de ne pas changer,
Ou plutôt de ne pas changer selon ce
Qu’EUX veulent comment tu devrais changer,
Leur désir, leur ressembler… 
Alors que tel n’est surtout pas, le tien,
Ton désir… leur ressembler…

Parce que leur poison,
Tu l’as bu jusqu’à la lie.
Il est temps maintenant de le leur recracher
Au visage.

Kiki…

Publicités

Beau temps, mauvais temps ?

Vous vous lamentez du temps qu’il fait ?
Sachez qu’il y a quatre ans, l’exécrable, froid et pluvieux mois d’avril s’est incrusté jusqu’au 10 mai !
Le lendemain, dimanche de la fête des mères, fut le premier beau jour de l’année (ca. 30˚). Tout le beau monde s’est rué dans son jardin ou sur les terrasses. Normal, direz-vous.

Pourquoi je m’en souviens ?
Parce que ce 11 mai était jour de première pour la création de mon « Opéra-Chansons ».
Ce temps magnifique a été reconduit pour les 2 autres représentations (18 et 20)…

À rebours, bonne idée ? On ne peut jamais prédire.
Pour qui a une fan base, aucun problème. Dans le cas qui me préoccupe — ce projet qui a pris vingt années de ma vie –, je revenais à la vie professionnelle après un très long silence… et on ne m’attendait surtout pas là.

Mais sachez que ceux et celles qui m’ont fait l’honneur de venir au Bain Mathieu, où j’étais en résidence, ne furent pas déçus !

Voici d’humbles extraits de ce que vous avez raté…

Crédits photos : Michel Parent
Montage vidéo : Christophe Ducassy

 

Et si…

Affaire à Polytechnique pour quelques jours.

Ah ! nous sommes à la veille d’un bien triste anniversaire…

Tu longes les couloirs, les salles de classe, les cafétérias… Forcément, tu te demandes si ici… là… Tu n’as pas voulu voir le film. Ça fait trop mal.

Tu découvres et contemples la plaque commémorative.

6 décembre 1989. Bientôt trente ans… Ton ventre se noue…

Ça pourrait encore arriver…

Désolée…

Jouer « Carmen » alors ?!?

À la lumière de toutes ces dénonciations, doit-on, aujourd’hui, s’offusquer d’une telle photo ?
Je venais de décrocher le fameux rôle de Carmen, dans la désormais célèbre production de Peter Brook La tragédie de Carmen à New York (1984). Ce qui causa tout un émoi. J’ai donc été approchée par le défunt magazine Québec Rock et photo fut prise.

Comme ce rôle tant convoité est souvent considéré, à tort, sulfureux et lascif, il n’est pas rare que des gestes suggestifs soient demandés par les metteurs en scène; les cigarières d’autrefois roulaient apparemment le tabac directement sur l’intérieur de la cuisse. Cela — tout comme la photo — est bien prude si l’on compare avec certaines mises en scène de théâtre ou chorégraphies modernes.

Or, il peut arriver qu’il y ait confusion dans la tête de certains entre le fantasme qu’ils se font du personnage et la femme qui l’incarne.

Et il arrive… De quoi écoeurer à jamais d’un rôle pourtant « sur mesure ».

Thème au coeur de L’« Opéra-Chansons » WXYZ… Code secret. L’allusion n’est pas évidente dans sa trame principale, l’album WXYZ… Code secret, un « Opéra-Chansons », mais littéralement exprimée dans les morceaux non-édités qui complètent l’oeuvre.

Seuls les privilégiés présents au spectacle ont pu décoder.

Un jour, peut-être…

« Mon » René Lévesque : c’était il y a 30 ans !

J’étais boursière du Studio du Québec à Paris, à la Cité internationale des arts, et c’est le lendemain du décès de René Lévesque, le 2 novembre, que le Service culturel de la Délégation du Québec me « court » après.

Pour m’apprendre la nouvelle et ainsi me demander de chanter à la cérémonie commémorative, laquelle eut lieu, le 7 novembre, en l’église St-Philippe-du-Roule, faubourg St-Honoré.

Parce que ce 2 novembre fut également le décès de Yoland Guérard — chanteur d’opéra et animateur télé fort connu pour son implication dans la diffusion de la culture sous toutes ses formes — alors directeur du Centre culturel canadien à Paris, d’où j’arrivais, mais sans avoir pu le rencontrer tel que prévu…

L’anecdote rocambolesque est racontée plus en détail dans mon billet En souvenir de René Lévesque, publié il y a cinq ans.

Souvenirs… souvenirs…

 

 

 

 

Photo Michel Parent

Pourquoi ?!?

« Mais est-ce qu’on fait ce qu’on veut dans la vie ou ce que les autres veulent qu’on fasse ? »
Robin Aubert, La Presse, Arts Cinéma, 14 octobre 2017.

Ce qui répond substantiellement à TOUS les « Pourquoi ? » de ma vie artistique et personnelle…

En fait foi mon « Opéra-Chansons » WXYZ… Code secret créé en mai 2014, dont le sujet et le traitement sont toujours d’actualité.
Sa trame principale, l’album WXYZ… Code secret, un « Opéra-Chansons » est disponible sur Bandcamp ou en perso.

Commentaires album/scène :

https://christinelemelin.com/des-professionnels/albumscene-ils-ont-dit/

Extraits : 

Diaporama : 

MERCI !

 

 

 

Photo Michel Parent

D’inventaire et d’émotions…

Depuis plusieurs mois, à force de faire l’inventaire de ma collection de partitions, je tombe forcément sur des moments exceptionnels de ma vie de chanteuse :

  • Celle de « la » Carmen de Peter Brook, « La tragédie de Carmen », Vivian Beaumont Theatre de New York (1984) et Seibu Ginza Theatre de Tokyo (1987);
  • Il Tramonto (Respighi), exécuté avec le quatuor Morency;
  • Dover Beach (Barber), idem;
  • Stabat Mater (Vivaldi), idem;
  • Celles qui furent du projet CD BESTIAIRE (Sne 565) et qui donna naissance à La Belle… et les bêtes, un zoopéra;
  • Ou encore, celles d’Èva Gauthier, Pionnière du Chant Moderne en Amérique ou… la « Javanaise »;
  • Ces espagnolades — incluant El amor brujo, de Falla — exécutées avec l’Orchestre métropolitain, en remplacement au pied levé d’Huguette Tourangeau (août 1985), aux Concerts populaires à l’Aréna Maurice-Richard, sous la direction du regretté Pierre Hétu qui, parce que la veille du concert, vint chez moi avec les partitions d’orchestre pour la seule et ultime répétition…

Et combien d’autres musiques de récital, de musique de chambre, d’opéra, chantées avec mes chers accompagnateurs, dont Suzanne Goyette et Réjean Coallier, pour ne nommer que ceux avec qui j’ai le plus travaillé;

Et combien d’autres partitions, des centaines, que dis-je, des milliers, achetées partout où j’allais étudier ou travailler, en Amérique et en Europe, parce qu’avide de musiques nouvelles ou différentes, mon ambition n’étant pas tant la carrière que faire de la musique, particulièrement celles que les autres ne feront pas…

L’émotion est à son comble. Je dois désormais me délester…