Archives du mot-clé Un zoopéra

Éva Gauthier, c’était il y a vingt ans!

Le 30 octobre 2000, avait lieu la seule et unique représentation de mon spectacle Éva Gauthier, Pionnière du Chant Moderne en Amérique… ou La « Javanaise », dans le cadre du Festival SuperMicMac consacré aux musiciennes pionnières canadiennes.

Mais qui est donc Éva Gauthier? Brièvement : en plus d’avoir été la protégée d’Emma Albani, célèbre soprano canadienne, Éva, née à Ottawa, fut celle qui fit découvrir George Gershwin au monde entier. Rien de moins! Avant-gardiste et précurseure du « World Music » avant la lettre, elle fut la figure de proue de la vie musicale américaine des années 1920-30, au point d’avoir été consacrée The High Priestess of Modern Song (les liens ci-haut vous en diront plus long).

À la fin des années 1980, j’avais commencé à tâter le terrain pour faire de mes récitals de mélodies un événement théâtral, ne faisant absolument jamais appel aux airs d’opéra. Audace qui pouvait être jugée d’hérésie, mais qui, rapidement, fut chaudement saluée par tous ceux et celles qui furent témoins de ce « work in progress » sur le thème des animaux. Il aboutit d’abord à un album cd d’oeuvres alors inédites, BESTIAIRE (Sne 565), puis de La Belle… et les bêtes, un zoopéra.

Feu Gaston Germain, qui connaissait mon penchant et qui avait été sur le jury lors de la défense de thèse de doctorat de Nadia Turbide* sur ce personnage hors du commun, considérait que j’étais LA personne qui pouvait lui rendre un tant soit peu justice et de façon originale. Avec la permission et la précieuse complicité de l’auteure, j’ai pu obtenir une bourse en Recherche et développement du ministère de la Culture du Québec. Ce qui m’amena à la New York Public Library où se trouve entre autres son fonds de partitions, ainsi qu’aux Archives nationales du Canada, à Ottawa, où l’on trouve les documents sonores et autres artéfacts. Et ultimement, faire un court stage en « javanisation » à l’American Gamelan Institute, NH.

La thèse m’annonçait déjà des découvertes extraordinaires. Mes visites à plus forte raison! À revoir mes archives pour écrire cet article, je revis toute l’excitation que j’avais éprouvée pour le sujet dans l’élaboration de ce programme.
Nous étions en 1993… J’avais envisagé un projet très ambitieux, genre pièce de théâtre imbriquant de nombreuses pièces musicales. J’aurais été le personnage principal, avec un acteur masculin pour représenter entre autres Gershwin et son fils.
Pour ce faire, j’avais réussi à obtenir un parrainage d’aide à l’écriture de l’UNEQ. J’ai dû rapidement remercier l’auteure désignée, aujourd’hui décédée : elle avait balayé du revers de la main tout le plan que j’avais longuement et sérieusement élaboré pour m’imposer ses vues paranormales et ésotériques…

Un travail de longue haleine étalé sur près de dix ans (une norme dans mon cas!), les années passent et les sous ne sont pas au rendez-vous pour y aller de mon propre chef ou même sous la bannière des Productions « La Fille de l’Île », obnl que j’avais dû fonder en 1994… Apprenant l’existence du festival organisé par SuperMusique, Danielle Palardy Roger fut très intéressée par ma proposition, laquelle fut peut-être un compromis à mes idées premières. Mais encore, cela me préserva de me donner tant d’importance, l’héroïne et la musique auront avantageusement pris la place qu’elles méritent. 

J’avais à peine huit mois pour me préparer pour le grand jour, sans subvention gouvernementale ni revenu personnel; une telle production demande de s’y consacrer à plein temps et pendant au moins une bonne année. Non seulement sans le sou, j’ai dû emprunter pour me procurer divers objets scéniques, la location d’un local de répétitions, la confection de mon costume, etc. J’ai dû également renoncer à l’embauche d’un metteur en scène, un simple récital n’était tout simplement pas envisageable. Vu mes expériences antérieures, on m’a encouragée à plonger dans l’aventure. J’ai même composé un rap pour la circonstance : Le Rap du  » Name-Dropping »!

Expérience des plus concluantes et très bien reçue par le public, mais qui, selon moi, demandait encore quelques ajustements pour une reprise éventuelle. Non pas dans le contenu ni le propos, mais dans certaines directions de mise en scène justement, le temps ayant douloureusement manqué.

Alors, pourquoi donc « seule et unique représentation »?
Un projet mort-né, saboté, pourra-t-on affirmer. Raisons arbitraires, fâcheuses et injustes — également celui de produire un disque avec un programme aussi original a avorté –, qui feront l’objet d’une suite à ce billet, un article trop long pouvant ennuyer le lecteur…
Je ne suis pas seule à avoir pâti de cette histoire : Réjean Coallier, mon pianiste, a tout autant contribué à la qualité indéniable pour l’aboutissement de ce projet, sans compter les heures innombrables qu’il y a mises. Je luis dois un fier grand merci!

Et personne va m’enlever la fierté d’un tel accomplissement.

Pour consultation du programme intégral, suivre ce lien.
Pour plus de photos, suivre ce lien.

Pour plus d’informations sur Le Rap du « Name-Dropping », suivre ce lien.
Pour lire la suite 1/2 de cet article, suivre ce lien.

Pour lire la deuxième et dernière partie de l’article, suivre ce lien.
Pour lire sur l’oeuvre de Charles T. Griffes, Three Japanese Songs, et l’entendre, suivre ce lien.

À suivre…

*Turbide, Nadia. Biographical Study of Eva Gauthier, Université de Montréal, 1986.

Mon serpent!

Deuxième grand ménage professionnel très émotif… Le premier avait eu lieu il y a une bonne quinzaine d’années et a été évoqué dans La Panne#12 de mon album WXYZ… Code secret, un « Opéra-Chansons ».

Je numérise actuellement, avant déchiquetage, bon nombre de documents importants concernant dans ce cas-ci un événement bénéfice qui a eu lieu en septembre 1994, où je présentais La Belle… et les bêtes, un zoopéra, récital théâtralisé sur le thème des animaux. Un projet qui était très audacieux pour l’époque (encore aujourd’hui!) et hors des sentiers battus.

Les Productions « La Fille de l’Île » venaient d’être créées. Voilà que je tombe sur des factures…

Lors de mon séjour à Londres, en 1989, pour étudier avec Vera Rósza grâce à une bourse de perfectionnement, la plus utile que j’aurai jamais reçue, j’avais acheté un serpent gonflable de type bouée pour enfants (ce n’est pas fait pour ça!) au Covent Garden Market, dans le but qu’il serve dans mes projets.

Utilisé dans les représentations antérieures, il avait fini par pourrir de l’intérieur — il n’aurait pas fallu le gonfler avec le souffle humide de l’haleine mais plutôt avec de l’air sec. En préparation de cette soirée, mal en prit de le rembourrer. N’écoutant que mon intuition, je pris un risque énorme, Internet n’existant pas encore, d’écrire un peu au hasard aux gestionnaires du Covent Garden Market (!) leur expliquant mon cas et que je serais preneure de trois exemplaires, le cas échéant.

Entre-temps, je finis par oublier la commande et je m’exerce tant bien que mal à manipuler l’objet dans la scène d’Ève (Le Serpent), du Bestiaire ou Le Cortège d’Orphée d’Apollinaire, l’oeuvre de Louis Durey que j’avais auparavant enregistrée.

Quelle ne fut pas mon immense surprise, deux ou trois jours avant le spectacle, de recevoir un colis en provenance de Londres! C’était absolument improbable, selon les dires de tous…

La scène fut tout simplement géniale!
et vous voyez, il tient toujours bon : la photo date d’aujourd’hui.

Un jour, je finirai bien par mettre tout ça disponible sur Internet.

Il y a de ces miracles qui n’arrivent pas qu’au cinéma…

Pourtant, bien avant le « Pacte »…

Un certain théâtre est habitué de faire avec les moyens du bord. Il n’est pas nouveau non plus que le matériau récupéré soit au coeur de l’oeuvre sculpturale; c’est bien là la marque de commerce d’Armand Vaillancourt — je peux témoigner pour avoir longtemps vécu à quelques mètres de sa « cour à scrap ».

Mais promouvoir, en 2014, un opéra en affichant les couleurs de la récupération aurait eu l’heur d’être jugé « petit pauvre ». Ce qui le faire aujourd’hui risquerait-il plutôt d’être taxé d’opportunisme? Or, peu de moyens oblige…  Par contre, le contexte sait parfois s’y prêter à dessein.

Tel fut le cas au moment de préparer la création de mon projet L’« Opéra-Chansons » WXYZ… Code secret qui eut enfin lieu en mai de cette même année, et ce, à compte d’auteur, tant le cd (trame principale) que le spectacle-total.

Il faut savoir que ce n’est pas dans la culture des subventionneurs d’encourager le recyclage : les budgets doivent être justifiés sur du neuf. Alors, une fois terminé, on jette… parfois on réussira à trouver preneur lors de ventes appropriées. 

Opéra au sujet universel et toujours d’actualité, j’ai préféré que le public se fasse sa propre idée des « codes secrets » intégrés dans ces chansons et se les approprie. J’avais ainsi opté pour ne pas diriger son écoute en racontant leur genèse (sauf récemment pour Errance, le contexte alors s’y prêtant), même si chaque chanson a son histoire et qu’ensemble elles n’en font qu’une; mise en abyme.

À moins que les spectateurs aient vu La Belle… et les bêtes, un zoopéra ou bien Èva Gauthier, Pionnière du Chant Moderne en Amérique ou… « la Javanaise », il ne peut se douter que 90 % des matériaux de scénographie et de costumes proviennent de ces deux spectacles ou encore de biens personnels. Parce que là aussi, « codes secrets ».

Permettez que je m’abstienne d’énumérer et de décrire la provenance de ces éléments, que vous pourriez entrevoir dans le vidéo d’archives ci-joint. Je préfère conserver un peu de mystère à ce qu’on ose appeler une création.

Comme rien ne se perd, rien ne se crée…

Photo Michel Parent

Flashback

Photo Michel Parent

La Panne

Photo Michel Parent

Le Trophée