Archives pour la catégorie Actualités

Mon (unique) souvenir de Claude Gingras

Juillet 2001. Concert d’ouverture du Festival de musique de chambre d’Oka. « Patrimoine en musique », des oeuvres pour ensemble vocal. Le tout était dirigé par Agnès Großman mais préparé par Jean-Pierre Guindon, qui était alors maître de chapelle à la Basilique Notre-Dame de Montréal. Je faisais partie de ce choeur professionnel depuis quelques années.

Le concert terminé, nous nous dirigeons vers la sortie de l’église et voilà Claude Gingras qui s’approche de moi et m’interpelle. Il connaît mon nom?! Il a dû voir dans le programme… Je ne l’avais pourtant jamais rencontré. Mais encore. Que ce nom lui rappelle quelque chose, dix ans plus tard?!

En m’abordant, il me dit se rappeler de mon disque BESTIAIRE (Sne-565) dont il aurait fait la critique. Ah oui?! — j’avais payé 1 500 $ une relationniste pour faire le suivi du lancement en 1990, chose qu’elle n’a jamais fait! J’ai donc moi-même investigué à ce moment-là, sans rien trouver, lui ai-je répondu. Il m’a affirmé que si.

Connaissant sa réputation, je n’ai pas pris le risque de lui demander ce qu’il en avait alors pensé…
On connaît nos faiblesses et nos forces : au moment de l’enregistrement, le producteur-réalisateur (Gilles Poirier) m’avait témoigné lui faire penser à Maureen Forrester dans l’esprit de mes interprétations. Fichu de beau compliment! Aura-t-il jugé mieux?

Je suis parfaitement fière de cet album d’oeuvres inédites, lequel fut au centre d’une 4e version de récitals sur le thème des animaux — work in progress qui dura 15 ans!! (je n’ai jamais eu peur du travail) — intitulé La Belle… et les bêtes, un zoopéra. Une oeuvre théâtralisée basée uniquement sur des mélodies françaises.

J’avoue avoir négligé de fouiller dans les archives de La Presse. Il n’est jamais trop tard.

À suivre…

Reposez en paix, Monsieur Gingras, et Merci!

BESTIAIRE (Sne-565)

BESTIAIRE (Sne-565)

Affiche_Christine-Lemelin_La-Belle&les-bêtes

Condensé de la présentation visuelle du spectacle

Photo Michel Parent

Entretenir ses amitiés…

Facebook nous force un peu malgré nous à des voeux d’anniversaire, que l’on connaisse peu ou prou la personne à qui on les adresse.

Cette année plus particulièrement, cela me fait penser à mon père…

Vendeur d’automobiles (Chevrolet-Oldsmobile), il prenait la peine d’appeler absolument tous ses clients le jour de leur anniversaire. Sa seule sollicitation, semble-t-il — il m’avait déjà confié que jamais il n’a eu à faire le pied de grue dans le show-room (salle de montre). Même une fois à la retraite, il aura poursuivi cette habitude, cette gentillesse.

À ses funérailles, le 6 août 2011, l’église était bondée. Non seulement la famille, mais des clients, âgés pour la plupart, et qui m’ont témoigné de la chose. Même mon cousin Serge lui a fait une fleur d’arriver avec la première voiture que papa lui avait vendue et qu’il a conservée. Touchant!

Si je ne devais retenir que cela de lui…

Entretenir ses amitiés ne comble pas forcément la solitude, mais ça donne l’illusion que ce quelqu’un pense à nous…

MERCI pour vos bons voeux en cette journée d’anniversaire !
XXX

 

 

Errance, la genèse

Au départ, je n’avais pas l’intention de raconter les histoires derrière ce qui constitue mon « Opéra-Chansons » WXYZ… Code secret, bien que cette oeuvre soit une sorte de mise en abyme.

Mais comme je présenterai celle-ci, entre autres, dans le cadre de Show de femmes au Balattou, le 15 novembre (2018), c’est en raison de ce lieu qu’il devient maintenant pertinent pour moi de raconter.

À l’exception d’une ou deux pièces de ce projet, lequel aura pris vingt ans à voir le jour, elles ont toutes été écrites alors que j’habitais au 4372, rue Clark, coin Marianne. C’est-à-dire carrément derrière le Balatou et ce qui fut le Bobards, endroit longtemps à la mode situé St-Laurent/Marianne.

Timide et solitaire, ayant un rapport avec la séduction plutôt incertain, je n’entrais jamais dans ces meat market. Même que, pour le Balatou, j’avais, oui, des préjugés; malaises…

À l’époque, sans doute encore aujourd’hui, la faune de ce quartier variait selon le bout de rue, le jour de la semaine et l’heure de la journée où on y circule. Et je parle du temps où la vie commerciale de la rue Mont-Royal ne s’étendait guère que de St-Laurent à St-Denis…

En soirée, je sortais de chez moi, déambulais, arpentais Mont-Royal-St-Denis-Prince-Arthur-St-Laurent. Selon mon humeur, j’extrapolais vers le Parc Jeanne-Mance et la rue Sherbrooke. Pas toujours une bonne idée… se faire suivre est plutôt affolant…

Enfin je rentrais chez moi…

Un samedi soir — j’avais écrit Errance depuis quelques mois déjà –, devant le Balattou une dame m’interpelle. Les yeux cernés, l’air hagard, au lieu de pénétrer tout de suite dans cette salle — j’y serais allée volontiers avec quelqu’un –, je l’invite d’abord à partager la balade avec moi puis d’aller prendre un verre là où ça lui tenterait.

Une fois rendues Mont-Royal/St-Denis, je lui propose de marcher un peu plus vers l’est, qui tente de se développer. Refus. Nous descendons alors la rue St-Denis. À Rachel, au moment de lui suggérer une halte, la peur au ventre, elle décide de rentrer chez elle et mettre son pyjama… Une fois moi-même de retour à la maison, je lui dédie ma chanson : à toutes les « Johanne ».

Une chanson, un opéra, ça ne dit pas tout…

Les uns et les autres

Comment pouvais-je oublier ça!?

Régulièrement invitée aux émissions télé animées par Jacques Boulanger, cette fois-là, Le Train de 5 heures.
J’y interprétais un pot-pourri du film Les uns et les autres de Claude Lelouch, sur la musique de Francis Lai, dans une mise en scène de Peter George accompagnée de ses danseurs.
Malheureusement, j’ai perdu l’enregistrement dans mes péripéties parisiennes…
Je n’ai encore jamais osé demander une copie des archives… détruites?

R.I.P. Francis Lai…

Et l’ambition?

La nouvelle ne surprend personne : Berbard Uzan (ex-directeur général et artistique de l’Opéra de Montréal) ciblé par une enquête pour harcèlement sexuel.

J’ai connu Diana Soviero au moment où elle a interprété sa superbe Traviata à l’Opéra de Montréal. J’étais dans les chœurs. Je me cherchais un professeur hors Montréal et elle m’a dirigée chez celle qui l’a formée, Marinka Gurewich, à New York.

Diana était alors mariée à un fort beau jeune homme. Quelques années plus tard, alors que Diana jouait Manon à l’OdeM et où j’y faisais mes débuts dans le personnage de Rosette, une « cocotte », elle était en instance de divorce pour épouser Bernard Uzan.

Madame Gurewich me confia qu’elle ne comprenait pas cette nouvelle union, avec un étonnement qui en disait long. Une réputation était en train de germer sur cet individu que je n’ai croisé qu’une seule fois alors que j’allais déposer un dossier à l’Atelier (de l’OdeM). Il me regarda avec tant de concupiscence que j’en ai eu la nausée… 

Pauvre Diana! C’est à ELLE que je pense… quel jeu a-t-elle donc accepté de jouer!? En est-elle sortie intacte, indemne?!

Ambition? Quand tu nous tiens…

https://www.ludwig-van.com/montreal/2018/07/27/nouvelle-bernard-uzan-cible-par-enquete-washington-post/

 

Photo Michel Parent

Subversif, le changement ?

Oui, c’est subversif, le changement !
Parce que changer,
Ça dérange ceux que ça conforte comment tu es.

Ça leur permet de persister à te reprocher de ne pas changer,
Ou plutôt de ne pas changer selon ce
Qu’EUX veulent comment tu devrais changer,
Leur désir, leur ressembler… 
Alors que tel n’est surtout pas, le tien,
Ton désir… leur ressembler…

Parce que leur poison,
Tu l’as bu jusqu’à la lie.
Il est temps maintenant de le leur recracher
Au visage.

Kiki…

Beau temps, mauvais temps ?

Vous vous lamentez du temps qu’il fait ?
Sachez qu’il y a quatre ans, l’exécrable, froid et pluvieux mois d’avril s’est incrusté jusqu’au 10 mai !
Le lendemain, dimanche de la fête des mères, fut le premier beau jour de l’année (ca. 30˚). Tout le beau monde s’est rué dans son jardin ou sur les terrasses. Normal, direz-vous.

Pourquoi je m’en souviens ?
Parce que ce 11 mai était jour de première pour la création de mon « Opéra-Chansons ».
Ce temps magnifique a été reconduit pour les 2 autres représentations (18 et 20)…

À rebours, bonne idée ? On ne peut jamais prédire.
Pour qui a une fan base, aucun problème. Dans le cas qui me préoccupe — ce projet qui a pris vingt années de ma vie –, je revenais à la vie professionnelle après un très long silence… et on ne m’attendait surtout pas là.

Mais sachez que ceux et celles qui m’ont fait l’honneur de venir au Bain Mathieu, où j’étais en résidence, ne furent pas déçus !

Voici d’humbles extraits de ce que vous avez raté…

Crédits photos : Michel Parent
Montage vidéo : Christophe Ducassy

 

Et si…

Affaire à Polytechnique pour quelques jours.

Ah ! nous sommes à la veille d’un bien triste anniversaire…

Tu longes les couloirs, les salles de classe, les cafétérias… Forcément, tu te demandes si ici… là… Tu n’as pas voulu voir le film. Ça fait trop mal.

Tu découvres et contemples la plaque commémorative.

6 décembre 1989. Bientôt trente ans… Ton ventre se noue…

Ça pourrait encore arriver…

Désolée…

Jouer « Carmen » alors ?!?

À la lumière de toutes ces dénonciations, doit-on, aujourd’hui, s’offusquer d’une telle photo ?
Je venais de décrocher le fameux rôle de Carmen, dans la désormais célèbre production de Peter Brook La tragédie de Carmen à New York (1984). Ce qui causa tout un émoi. J’ai donc été approchée par le défunt magazine Québec Rock et photo fut prise.

Comme ce rôle tant convoité est souvent considéré, à tort, sulfureux et lascif, il n’est pas rare que des gestes suggestifs soient demandés par les metteurs en scène; les cigarières d’autrefois roulaient apparemment le tabac directement sur l’intérieur de la cuisse. Cela — tout comme la photo — est bien prude si l’on compare avec certaines mises en scène de théâtre ou chorégraphies modernes.

Or, il peut arriver qu’il y ait confusion dans la tête de certains entre le fantasme qu’ils se font du personnage et la femme qui l’incarne.

Et il arrive… De quoi écoeurer à jamais d’un rôle pourtant « sur mesure ».

Thème au coeur de L’« Opéra-Chansons » WXYZ… Code secret. L’allusion n’est pas évidente dans sa trame principale, l’album WXYZ… Code secret, un « Opéra-Chansons », mais littéralement exprimée dans les morceaux non-édités qui complètent l’oeuvre.

Seuls les privilégiés présents au spectacle ont pu décoder.

Un jour, peut-être…

« Mon » René Lévesque : c’était il y a 30 ans !

J’étais boursière du Studio du Québec à Paris, à la Cité internationale des arts, et c’est le lendemain du décès de René Lévesque, le 2 novembre, que le Service culturel de la Délégation du Québec me « court » après.

Pour m’apprendre la nouvelle et ainsi me demander de chanter à la cérémonie commémorative, laquelle eut lieu, le 7 novembre, en l’église St-Philippe-du-Roule, faubourg St-Honoré.

Parce que ce 2 novembre fut également le décès de Yoland Guérard — chanteur d’opéra et animateur télé fort connu pour son implication dans la diffusion de la culture sous toutes ses formes — alors directeur du Centre culturel canadien à Paris, d’où j’arrivais, mais sans avoir pu le rencontrer tel que prévu…

L’anecdote rocambolesque est racontée plus en détail dans mon billet En souvenir de René Lévesque, publié il y a cinq ans.

Souvenirs… souvenirs…