Archives du mot-clé Femme

Jouer « Carmen » alors ?!?

À la lumière de toutes ces dénonciations, doit-on, aujourd’hui, s’offusquer d’une telle photo ?
Je venais de décrocher le fameux rôle de Carmen, dans la désormais célèbre production de Peter Brook La tragédie de Carmen à New York (1984). Ce qui causa tout un émoi. J’ai donc été approchée par le défunt magazine Québec Rock et photo fut prise.

Comme ce rôle tant convoité est souvent considéré, à tort, sulfureux et lascif, il n’est pas rare que des gestes suggestifs soient demandés par les metteurs en scène; les cigarières d’autrefois roulaient apparemment le tabac directement sur l’intérieur de la cuisse. Cela — tout comme la photo — est bien prude si l’on compare avec certaines mises en scène de théâtre ou chorégraphies modernes.

Or, il peut arriver qu’il y ait confusion dans la tête de certains entre le fantasme qu’ils se font du personnage et la femme qui l’incarne.

Et il arrive… De quoi écoeurer à jamais d’un rôle pourtant « sur mesure ».

Thème au coeur de L’« Opéra-Chansons » WXYZ… Code secret. L’allusion n’est pas évidente dans sa trame principale, l’album WXYZ… Code secret, un « Opéra-Chansons », mais littéralement exprimée dans les morceaux non-édités qui complètent l’oeuvre.

Seuls les privilégiés présents au spectacle ont pu décoder.

Un jour, peut-être…

Publicités
Photo Michel Parent

La cruauté

Il y a déjà plusieurs mois que j’ai acheté La femme qui fuit d’Anaïs Barbeau-Lavallette. Puis, j’ai attendu quelques mois encore avant de me décider à le lire.
Dès la première page, souffrant. Alors, j’en lis quelques-unes à la fois. De temps en temps. Très souffrant.
Étant donné qu’on connaît déjà l’issue… — quand on a vu le documentaire de la mère : Les enfants du Refus global de Manon Barbeau.

L’autre roman qui m’a autant, sinon davantage remuée : L’obéissance de Suzanne Jacob. Inconsciemment une source d’inspiration…

L’abandon et l’aliénation : cruauté mentale.

Parce qu’une mère, ou plutôt une femme qui a enfanté, n’a même pas besoin de se rendre jusque-là — ni partir ni tuer, pour un même résultat.
Et si par malheur le « bon » Dieu s’en mêle…