Archives du mot-clé Ambition

Éva Gauthier, 20 ans : la suite-1/2

Le billet du 30 octobre dernier évoquait une suite à cette histoire de projet « mort-né » que fut le spectacle sur cette brillante artiste, pourtant plus que digne de mention.

Je conviens, oui, qu’il est peu glorieux d’exposer ainsi ses incidents de parcours, mais j’estime qu’il est d’intérêt de s’y pencher.

Les Productions « La Fille de l’Île », fondées entre autres pour avoir accès à des subventions gouvernementales au projet et à la diffusion (tournées), se sont vu refuser leurs demandes pour des raisons plutôt arbitraires.
Il semble qu’à l’époque un seul organisme, en théâtre, pouvait fonctionner en mode « work in progress ». Or, il appert que je n’aurais pas su faire comprendre à ce jury la nécessité, avant d’aller plus loin et en toute conscience professionnelle, de perfectionner la mise en scène de mon spectacle. Mandat de « La Fille de l’Île » : oeuvrer en musique ET en théâtre. Était-ce trop tôt pour qu’un organisme originellement musical ose s’aventurer dans le domaine théâtral? Le mélange des arts dans ce sens-là (on ne parle pas ici d’opéra) ne semble pas bienvenu alors que l’inverse…
Au lieu de demeurer une simple exécutante, je souhaitais produire ce que je voulais voir. Manifestement autre chose que le récital routinier, sans présentation, l’attirail convenu*, avec un répertoire encore rarement renouvelé. Une mouvance acquise très tôt dans ma vie artistique — la raison pour laquelle c’est quand même à moi que l’on pensa pour une aventure aussi risquée qu’ambitieuse –, l’ennui me gagnant rapidement…

J’ai retrouvé récemment les notes du jury du CALQ/2001 que l’agent m’avait transmises :
Je me « serais contentée de (me) limiter au répertoire d’Éva Gauthier »!!!

Je m’excuse, c’est faire preuve de véritable ignorance crasse à l’endroit de la réalité du répertoire présenté dans les années’90-2000 où on annonçait, et pour cause, la mort du récital!
J’avais trouvé un moyen, une solution pour renouveler, rajeunir, rafraîchir le genre, et ce, avec un répertoire plus fouillé que ce que l’on offrait habituellement — toujours en excluant airs d’opéra, raison véritable de sa mort annoncée. J’ai investi une fortune pour me constituer une collection exceptionnelle et digne de ce nom, croyant qu’elle allait bien me servir dans le futur, tant de projets étant déjà sur la table. Parce que du répertoire, il y en a.

Comment ces gens-là pouvaient-ils juger que je me sois tant « contentée de me limiter » à son répertoire?!
Que savaient-ils eux-mêmes de J. A. Carpenter, B. Crist, C. Engel, P. Seelig, C. T. Griffes, N. Peterkin, C. Scott, A. Steiner?!
Tellement pas bornée, Éva Gauthier : proposer des oeuvres issues ou inspirées de contrées aussi lointaines que Java et la Malaisie. Et surtout, loin de se limiter elle-même à la musique classique, le jazz fut sans contredit ce qui fit d’elle The Talk of the Town, cela, dois-je le rappeler, en faisant découvrir au monde entier George Gershwin, qui l’accompagnait!

Ainsi, avec tout ce répertoire — certains, de vrais petits bijoux –, j’en profitais personnellement par la même occasion pour parfaire mes connaissances et accroître du même coup MA propre collection, déjà plutôt bien garnie. Un répertoire que j’ai étudié en détail, avec minutie, et défendu : j’ai chanté en langue malaise, je me suis même déplacée à Lebanon, N. H., à mes frais, cette fois-là — je vous renvoie au billet précédent, pour me familiariser avec la musique, le mouvement, comment porter le costume d’apparât auprès de LA personne ressource en Amérique, Jody Diamond de l’American Gamelan Institute.
Mais encore, je me donnais la peine de composer une chanson pour l’occasion.
On appelle cela « se limiter »?!

Bien avant de connaître Éva Gauthier, ma mission personnelle était de faire entendre, découvrir du répertoire au-delà des classiques que nous devons pourtant avoir assimilés au préalable, certains éculés, remâchés. Combien de fois ai-je été félicitée pour l’originalité de mes programmes et pour la recherche! Je pense particulièrement à Thérèse Drouin**, veuve de Raoul Jobin, à la suite de la présentation de La Belle… et les bêtes, un zoopéra, à Québec.

Oui, après vingt ans, permettez que je sois toujours aussi indignée, car c’est faire peu de cas de l’honnête effort de création artistique, ainsi platement compromis.

Vous rajeunissez l’image qu’on s’était toujours fait des chanteuses d’opéra » — Jeanne Quintal, comédienne et professeure au Conservatoire d’art dramatique de Québec, Québec en Chansons, 1981
Peut-être le plus beau compliment jamais reçu…

**Le monde est petit : non seulement elle était la cousine de mon père, mais leur fils André fut mon Don José dans Carmen à l’Opéra de Québec en 1986…

Pour lire l’article sur les 20 ans du spectacle
Pour lire la deuxième et dernière partie de l’article

Pour lire sur le spectacle
Pour consulter le programme du concert
Pour d’autres photos
Pour visionner le Rap du « Name-Dropping »
Pour lire sur l’oeuvre de Charles T. Griffes, Three Javanese Songs, et l’entendre 

30 octobre 2000, Christine Lemelin, Réjean Coallier-piano

C’était il y a 40 ans…

23 mai 1980 :
Récital de fin de maîtrise en Interprétation-chant, Université de Montréal.

Événement des plus importants et significatifs pour tout aspirant à la profession musicale classique.

Cela fait plus d’un an que je numérise, à temps perdu, mes archives scolaires et professionnelles audio sur bobines et sur cassettes. Une entreprise immensément délicate et hasardeuse, faite d’essais-erreurs, compte tenu du temps passé et des conditions d’entreposage.

Honnêtement et humblement, je n’en reviens pas de la qualité vocale et d’interprétation qui fut mienne. Une voix limitée dans les aigus, certes, mais une voix juste et une interprétation remplie d’esprit et de dynamisme ainsi qu’une rigueur musicale incontestable.

Comme je n’avais jamais ré-entendu tout ça jusqu’à maintenant, je n’arrive toujours pas à comprendre l’entêtement de mon professeur d’alors d’avoir tout fait pour m’empêcher de poursuivre dans mes ambitions musicales, et ce, par des intrigues indignes d’une personne de son statut. S’étant mythifiée de son vivant, elle était passée maître dans la démolition sans borne et injuste des prétendants qui ne rencontraient pas ses critères esthétiques.

Le rôle d’un professeur n’est-il pas de développer l’estime et la confiance en soi d’un élève qui nous a choisi? Encore faut-il l’aimer…
Pour seul compliment pendant toutes ces années : « Tu es le modèle parfait de la persévérance »…

J’aurai passé le reste de mon existence — avec force rage et insomnies — en quête de ma vraie voix et de ma vraie voie, et récupérer un semblant d’estime et de confiance en moi ainsi qu’en mon talent, celui-ci pourtant reconnu.

De cette maîtrise, je disais à qui voulait l’entendre qu’on me l’avait accordée par charité, tellement j’étais devenue complexée parce que comparée à tout le monde. Or, à force d’écouter l’enregistrement de ce récital, force est d’admettre que Gaston Germain, membre du jury, avait raison de me l’accorder. Et, l’ayant adopté plus tard pendant quelque temps comme professeur, il n’avait cesse de me dire que j’avais une belle voix, moi, n’arrivant toujours pas à le croire, malgré mes succès… J’avais encore des croûtes à manger pour soigner cette voix (et l’âme!!!) si mal dirigée depuis mon adolescence.

Je n’ai pas tout résolu mais c’est grâce à lui que j’ai réussi à comprendre des choses simples et fondamentales, particulièrement en me dirigeant vers un professeur éminent et reconnu, Vera Róza, à Londres, en 1989.

Ma combativité, la passion de la découverte et du faire-autrement-que-tout-le-monde qui m’animaient m’ont amenées vers une créativité dont je ne suis pas peu fière. Pour aboutir enfin à l’inattendu : la création de cet « Opéra-Chansons » qui fut créé presqu’à la même date, il y a maintenant 6 ans, en tant que auteure-compositrice-interprète, réalisatrice, conceptrice, etc.

ProgrammeFinMaîtrise1980

Voici le programme dont je suis très fière. Particulièrement où la création de l’oeuvre de Claude Frenette, sur des poèmes de Nicole Desrosiers, Les Oiseaux de Verre, fut un précédent pour un récital de maîtrise. Précédent qui semble n’avoir jamais été reconduit — je n’ai pas fait mon enquête. Cette commande, une histoire qui mériterait un article à elle toute seule…

Comme le résultat de la numérisation n’est toujours pas disponible, je vous fais entendre ici la version selon l’instrumentation prévue (harpe au lieu du piano) de l’oeuvre de mon ami Claude Frenette, alors élève d’André Prévost, au baccalauréat, laquelle eut droit à un enregistrement pour l’émission Alternances et qui fut gravée peu après sur étiquette RCI-570. Le numéro 7 est véritablement la 3e pièce du cycle.

Mais encore : si ce retour dans la passé puisse me permettre la poursuite d’une reconstruction qui reste encore à finir, si jamais il est possible d’y arriver enfin…

Merci d’avoir lu jusqu’ici et bonne écoute.

Et l’ambition?

La nouvelle ne surprend personne : Berbard Uzan (ex-directeur général et artistique de l’Opéra de Montréal) ciblé par une enquête pour harcèlement sexuel.

J’ai connu Diana Soviero au moment où elle a interprété sa superbe Traviata à l’Opéra de Montréal. J’étais dans les chœurs. Je me cherchais un professeur hors Montréal et elle m’a dirigée chez celle qui l’a formée, Marinka Gurewich, à New York.

Diana était alors mariée à un fort beau jeune homme. Quelques années plus tard, alors que Diana jouait Manon à l’OdeM et où j’y faisais mes débuts dans le personnage de Rosette, une « cocotte », elle était en instance de divorce pour épouser Bernard Uzan.

Madame Gurewich me confia qu’elle ne comprenait pas cette nouvelle union, avec un étonnement qui en disait long. Une réputation était en train de germer sur cet individu que je n’ai croisé qu’une seule fois alors que j’allais déposer un dossier à l’Atelier (de l’OdeM). Il me regarda avec tant de concupiscence que j’en ai eu la nausée… 

Pauvre Diana! C’est à ELLE que je pense… quel jeu a-t-elle donc accepté de jouer!? En est-elle sortie intacte, indemne?!

Ambition? Quand tu nous tiens…

https://www.ludwig-van.com/montreal/2018/07/27/nouvelle-bernard-uzan-cible-par-enquete-washington-post/