Archives du mot-clé Étourdir

The show must go on !

Hier soir (6 mai 2019), Quai des brumes.

Il y a un %?&?*?&*?& de chien qui a volé « mon » iPod dans lequel se trouvent toutes les pistes d’accompagnement de mon « Opéra-Chansons », cela peu après la prise de son…

The show must go on…
À part une seule pièce, je ne peux pas m’accompagner au piano.
Solution miracle :
Mon album, la trame principale de l’œuvre, se trouve sur Bandcamp, dont les chansons choisies pour l’occasion.
J’ai alors chanté par-dessus ma voix — j’aurai comme réinventé le karaoké. Cela a donné un élan dramatique supplémentaire.
Le public, qui était au courant, fut très ému¹.
Même que ce sont les jeunes hommes qui me font les plus beaux compliments!²
(ce fut le cas lors de la création il y a 5 ans)
Comme de quoi, les chansons écrites par les femmes peuvent aussi toucher les hommes.
Je ne comprendrai jamais la frilosité des diffuseurs officiels. Pour qui se prennent-ils donc?!
Toucher les gens, c’est quand même pour ça qu’on fait ce métier, qu’on l’a choisi.
Et qu’on résiste à sa «finitude »…

¹ « Très belle performance de ta part, très bon revirement de situation! […] Tu es restée forte, c’était impressionnant! » Marjouie Pedneault
« Très belle performance, c’était enivrant. » Véronica Saint Louis
« Malgré cette situation désolante, tu as redressé la barre comme une cheftaine! Merci Christine. Ça aurait été compréhensible de ne pas rendre le show, mais tu n’as pas donné raison à l’affreux. Il faut savoir que celui qui a fait le coup n’est pas quelqu’un d’heureux et que par son malheur non réglé il en contamine d’autres. C’est en faisant ce que tu as fait qu’on brise le cercle pernicieux de la colère et de la vengeance. Merci de ce que tu es et de ce que tu offres grande dame! » Marianne Tremblay-Gosselin
² Je cite de mémoire : « Je n’étais ici que pour prendre une bière. Je manque de vocabulaire, j’ai été très impressionné par l’humanité de vos textes, de vos chansons. » Un inconnu-visiteur qui a spontanément   « sauté sur moi » pour me faire le compliment.
« Comme des soldats! Bravo Christine; tu avais toute la légitimité pour faire une croix sur la performance face à cette situation honteuse et tu y es allé quand-même.
Et résultat, comme tu dis: la qualité n’a même pas été altérée, ça a fourni un ton original inattendu!
Merci, c’était super! » Félix Deconinck

Et il y en a eu d’autres, je suis étourdie… et émue…

06-05-2019Quaidesbrumes-1

 

 

La cruauté (suite)

18 avril 2017, 21h15. Je termine enfin ce roman, commencé il y a déjà plus de six mois : La femme qui fuit.

Ça fait toujours aussi mal.

À cette époque, à moins d’entrer en religion ou rester vieille fille, peu de femmes ne pouvaient éviter aisément la famille. Elles ont dû assumer. Tant bien que mal.

La fuite. L’abandon. Énigme ?

« Tu lui souris parce que tu sais que tu ne sauras jamais t’excuser. Tu sais que le pardon à implorer est trop immense. »

Il y en a que la culpabilité n’atteint pas…

La fuite ultime : refuge dans le bouddhisme. État spirituel ? Douteux. Davantage un asile sûr, loin des responsabilités du quotidien. Se vider l’esprit; bientôt l’anesthésie.

Je connais bien une mère qui, aussi, s’est réfugiée dans une autre religion. Pour fuir. À son tour. Là, le charmeur, porteur de certitudes, a fait son oeuvre…

L’enfant, empêchement à la réalisation de soi ? Faut croire que oui, même si je sais qu’il peut épanouir. Cette fuite n’est certes pas l’apanage des femmes…

Mais fuir quoi, qui ? Soi-même ?

L’héroïne de ce roman n’est pas celle qu’on pense. L’abandonnée. Celle qui toute sa vie durant n’a pas lâché le morceau. Manon Barbeau.