Archives du mot-clé Patachou

Diseuse : une dynastie en voie de disparition

…De retour du récital d’adieu de la Grande Greco : É-mou-vant !…

Avec le décès récent de Patachou (30-04-15), Juliette Greco est bel et bien la dernière représentante de cette lignée de chanteuses que l’on nommait, à raison, « diseuses ».

Nous entendons « diseuses » ces chanteuses, souvent dotées de voix magnifiques — Cora Vaucaire, Juliette Greco, Patachou… — pour qui le texte, le sens, était placé au faîte de l’art de la chanson, celui-ci étant le message. La musique son support, la voix, l’humble véhicule.

Ces artistes auront toujours quelque chose à nous apprendre d’un art dont le style semble désormais révolu, celui de la transmission du sens, du verbe par cette élocution qui permet de l’entendre, de le comprendre. Ces diseuses ont appris à dire, déclamer un texte, à l’articuler dans le plus grand respect de la musique qui a permis à cet art mineur, comme disait Serge Gainsbourg, de se rendre jusqu’à nous, nous faire vibrer, nous émouvoir.

Chez nous, au Québec, encore active, Danielle Oddera est bien la dernière à pouvoir encore faire la « démonstration » de cet art si noble.

Aujourd’hui, la voix aura-t-elle pris le dessus ? Le contenant au détriment du contenu…

Formée à l’art lyrique, il m’aura pris toutes ces années pou en « revenir »… Cet instrument qu’est la voix sera, certes, toujours une source de recherche et de questionnements. Elle est là pour servir un texte, une musique et l’émotion qui en découlent. Car la voix ne trompe pas. Elle est le reflet du SOI. Un précieux don à respecter.

Diseuses : je ne me lasserai jamais d’écouter attentivement ces « anciennes ». Comme la mode finit toujours par revenir, qui sait…

Merci, Juliette !

Décès de Patachou…

J’avais 13 ans. J’avais choisi cette chanson (la version courte de Françoise Hardy) pour mon premier concours de chant à vie.

M’accompagnant moi-même au piano, un piano droit, un microphone ne pouvant se rendre jusqu’à moi, dos au public, j’ai chanté cette pièce d’une intimité et profondeur certaine.
Une camarade m’avait demandé de l’accompagner au piano pour ce même concours. Elle avait choisi le succès de Mireille Mathieu « Oui, devant Dieu devant les hommes ».
Elle, face au public, de sa voix tonitruante dans le micro, comment vouliez-vous que je gagne contre elle?!?

Je suis demeurée profondément attachée à cette chanson et à tout ce qu’elle véhicule. Préférant toujours le contenu au contenant. Ma démarche artistique en faisant foi.

R.I.P. Patachou