Archives du mot-clé Respect

Diseuse : une dynastie en voie de disparition

…De retour du récital d’adieu de la Grande Greco : É-mou-vant !…

Avec le décès récent de Patachou (30-04-15), Juliette Greco est bel et bien la dernière représentante de cette lignée de chanteuses que l’on nommait, à raison, « diseuses ».

Nous entendons « diseuses » ces chanteuses, souvent dotées de voix magnifiques — Cora Vaucaire, Juliette Greco, Patachou… — pour qui le texte, le sens, était placé au faîte de l’art de la chanson, celui-ci étant le message. La musique son support, la voix, l’humble véhicule.

Ces artistes auront toujours quelque chose à nous apprendre d’un art dont le style semble désormais révolu, celui de la transmission du sens, du verbe par cette élocution qui permet de l’entendre, de le comprendre. Ces diseuses ont appris à dire, déclamer un texte, à l’articuler dans le plus grand respect de la musique qui a permis à cet art mineur, comme disait Serge Gainsbourg, de se rendre jusqu’à nous, nous faire vibrer, nous émouvoir.

Chez nous, au Québec, encore active, Danielle Oddera est bien la dernière à pouvoir encore faire la « démonstration » de cet art si noble.

Aujourd’hui, la voix aura-t-elle pris le dessus ? Le contenant au détriment du contenu…

Formée à l’art lyrique, il m’aura pris toutes ces années pou en « revenir »… Cet instrument qu’est la voix sera, certes, toujours une source de recherche et de questionnements. Elle est là pour servir un texte, une musique et l’émotion qui en découlent. Car la voix ne trompe pas. Elle est le reflet du SOI. Un précieux don à respecter.

Diseuses : je ne me lasserai jamais d’écouter attentivement ces « anciennes ». Comme la mode finit toujours par revenir, qui sait…

Merci, Juliette !

Avoir de la classe… ou pas

Nombreux avons-nous été gênés (je suis polie) du peu de classe qu’ont démontré nos jeunes lauréat-e-s, lors du gala de l’Adisq de dimanche dernier.

Ce à quoi ont répliqué qui se seront senti-e-s visé-e-s.
Jeunes demoiselles et jeunes gens, vous qui invoquez pour votre défense le jeune âge, l’inexpérience, les tournées, les studios, et quoi encore, sachez que rien ne l’excuse. La classe, ça se cultive !

Moi qui « prend plaisir » à sacrer, à mon grand dam, ma mère passait son temps à me corriger en me disant (j’étais aspirante chanteuse-classique-d’opéra) :
« Toi qui va fréquenter le Grand Monde, tu devrais faire attention à ton langage ! »…
L’ai-je toujours écoutée ?!?

Il y a là une notion de respect, envers le public et envers soi-même. Question de dignité.

Au lendemain du gala de l’Adisq, je publiais ceci :
Michel Louvain :
«… vous divertir aussi longtemps que je serai digne de vous » !
Voilà une leçon de classe et d’humilité.
De la classe, il a manqué pas mal, hier soir…

 

 

La lâcheté…

L’extrait #8 de mon album WXYZ… Code secret, un « Opéra-Chansons » s’intitule
Fantasme ou Dépendance?

Avec le recul, je remarque qu’il est drôlement question de lâcheté.
Sans élaborer outre mesure sur le sujet, permettez que mon actualité personnelle/professionnelle m’invite à considérer la suivante:
Le courage et le respect semblent des vertus et des valeurs qui s’en vont chez le diable!