Archives du mot-clé Juliette Nourredine

Représentation de soi…

…ou narcissisme ?

Il y a peu, je changeais la photo de mon profil-Facebook. J’ai hésité plus d’un an, car la scéance-photo devait servir à des fins potentiellement professionnelles.

Dans ma jeunesse, je me suis fait souvent suggérer, pour faire des sous, d’essayer de faire de la photo, être mannequin. Une première tentative me reléguait à une agence… de prostitution ! J’ai vite laissé tomber, effacouchée…

On me dit photogénique. Soit. On ne fait pas exprès pour ça. Vous ne savez pas à quel point je n’aime pas poser ! Alors, ma deuxième tentative m’a toutefois laissée perplexe : féministe comme je suis, je n’arrive pas, malgré mon amour relatif du maquillage et des beaux atours, à faire la compromission des poses.
Il faut que cela devienne un jeu. Et n’est pas Marilyn qui veut…

Faire de belles photos et les exposer, devrait-il être par conséquent du narcissisme ?
Avec ce qu’on voit passer maintenant sur Facebook, la ligne est bien mince entre ludisme et narcissisme profond.

Et puis, narcissisme pour narcissisme, beauté et laideur étant très relatives, je ne sais pas qui l’est le plus, celle – parce que le phénomène est plutôt féminin, hélas – qui exploite sa « beauté » ou celle qui exploite et affiche volontiers son image cadavérique ! Que dire alors d’une Brigitte Fontaine ? À choisir entre « laideur » sympathique d’une Juliette Nourredine ou celle de l’autre, leur production artistique étant à l’avenant…

AAAAAAAhhhhhhhhhh ! L’image !

Or, l’estime de soi et la représentation de soi ne vont pas toujours de pair, ne font pas toujours bon ménage.
Le regard de l’autre – à commencer par sa propre mère…
Ce n’est pas parce qu’on est supposément jolie qu’on se trouverait forcément belle.
Tout comme chanter Carmen et en être le personnage…

Christine_Lemelin

Et maintenant…

Et maintenant ?
En rétrospective, après le lancement de WXYZ… Code secret, un « Opéra-Chansons »j’avais commencé un travail d’ordre technique sur la préparation de la version spectacle/tour de chant. Interrompu pour les raisons citées dans les 3 épisodes de C’est là où j’ai dû m’arrêter.

En parallèle, j’administrais, à toute fin pratique seule, un OBNL du nom de Productions « La Fille de l’Île », créé principalement pour soutenir mes projets qui marient habilement le répertoire de mélodie classique – française notamment – (et non d’opéra !) et le théâtre.
Or, le 2 décembre 2012, autre tuile : survint le décès subit d’un de mes administrateurs ! Trois administrateurs minimum oblige : urgence de remplacer. Ce n’est déjà pas évident. Tant qu’à y être, aussi bien repartir à neuf.
Ce qui fut fait, il y a 2 jours, soit le 24 septembre dernier. Merci à mes nouveaux partenaires Lucie Mayer et Philippe Bocher de se prêter à l’aventure.

Parce que mon projet étant, par certains, considéré comme marginal, hors norme, plus théâtral que chansonnier – pourtant, les 2 ne sont pas si incompatibles, quand on pense à Brel – embrassant également tout autant le jazz et la musique classique, il n’est donc pas impossible que le projet soit produit par l’intermédiaire de cet OBNL.

Depuis maintenant quelques semaines, je me suis affairée de nouveau sur la préparation technique de cet « Opéra-Chansons ». Un grand défi technologique m’attend !

Comme ça fait déjà longtemps que sur papier ce spectacle/tour de chant est prêt, vous n’avez pas idée comme j’ai hâte !

Et avoir maintenant une équipe de base pour me soutenir, m’appuyer, me donne des ailes !

Merci de me suivre à votre tour.

C’est là où (…) 2e épisode

12 septembre 2013

Il est bien légitime de se demander pourquoi un projet peut être si long à naître. Voici la suite:

Nous sommes donc à l’automne 2011. Ma vie ayant été fort intense pour en arriver à ce lancement-web de mon album WXYZ… Code secret, un « Opéra-Chansons », ça m’aura pris 2 bons mois pour me relever de cette « première mauvaise nouvelle » évoquée au précédent épisode.

Je me prends donc en mains, tant bien que mal, pour faire seule ce suivi alors que je ne suis pas très douée pour faire des guili-guilis auprès des « personnalités » du monde des médias afin qu’on daigne bien s’intéresser à mon travail. Certains d’entre eux manifestent un égo à satisfaire souvent bien plus grand que nous, artistes, qui évoquons à profusion le « j’ai besoin qu’on m’aime! »…

Or, le 21 novembre 2011, 2e mauvaise nouvelle: mon propriétaire, par l’entremise de sa gestionnaire, m’apprend qu’il a l’intention de reprendre notre logement! J’ai été envahie d’un trouble immense…
Nous avons bien compris que c’est une de ces entourloupettes. Nous contestons auprès de la Régie du logement, car nous ne croyons pas à leur histoire. Une job, que d’entreprendre une telle démarche! Du temps plein.
Décision rendue le 1er juin: nous devons quitter notre logement le 30… Catastrophe!
Ça nous met dans une situation très compliquée et épuisante. Gros déménagement, grosses dépenses (entre autres le piano doit sortir avec l’aide d’une grue).
Pas le temps ni les moyens de craquer…
Alimentaire oblige…

Je croyais bien me remettre à la tâche – suivi d’album et préparation du spectacle – dès janvier 2013.

Suite et fin:  3e épisode…

C’est là où j’ai dû m’arrêter…

5 septembre 2013

25 août 2011: lancement-web de mon album à compte d’auteur WXYZ… Code secret, un « Opéra-Chansons ».
Le 1er août précédent: décès de mon père. Funérailles le 6…
Jusque-là, depuis le début de la production, février 2010, je partageais mon temps entre travail alimentaire et enregistrement-mixage-matriçage puis post-production de l’album.
À compte d’auteur veut dire de sa propre poche. Sans subvention aucune.
Il m’avait déjà pris de nombreuses années pour avoir enfin le courage de le mettre à jour, cet album
Il m’aura fallu cette chanson – que je dirai « chanson-phare », Elle s’appelle « Personne »…, pour enfin réaliser que j’avais maintenant tout ce qu’il faut pour aboutir, chanson qui me définit le mieux et qui était toute désignée pour ouvrir l’album.
Lancement-web pour à peu près les mêmes raisons que le « à compte d’auteur », ce fut un sprint allucinant pour arriver « à l’heure »!
Puis, première mauvaise nouvelle: (pour être polie) « avortement » du suivi de l’album; laissée, trop tôt, seule à moi-même pour la suite des choses…

À suivre…

En rappel:
1) La fille de l’île:
(parce que chantée aux funérailles de papa – voir publications)

2) Elle s’appelle « Personne »…:
(cette chanson-phare de l’album)

2 ans !

Oui, 2 ans aujourd’hui que le lancement-web de mon album, à compte d’auteur, WXYZ… Code secret, un « Opéra-Chansons ».

Je m’étais alors gênée de publier ceci, le tout premier commentaire :
« Les textes de Christine Lemelin m’ont bouleversé. Ils véhiculent de grandes douleurs dont les cicatrices sont audibles. Sa voix déchire l’espace. Sa tessiture est unique. J’ai le sentiment d’entendre une chanson qui se projette dans le temps et s’étire à l’infini. (…) Elle lacère, frappe, gifle, déchire encore et encore ces personnages perdus entre la fiction et la réalité et les confonds dans une grande messe en forme d’abstraction lyrique. Tragique et violemment beau ! » – Winston McQuade, 28 juillet 2011

Depuis, la vie s’est chargée de me mettre de nombreux obstacles qui ont autant retardé la réalisation de la version scénique de cet « Opéra-Chansons »…
Ce à quoi je m’active dans le très bientôt.
Merci pour votre encouragement !
À suivre…

Chanson des aurores?

Ce matin, pour faire coïncider la dernière émission de C’est bien meilleur le matin avec le 2e anniversaire du lancement-web de mon album à compte d’auteur WXYZ… Code secret, un « Opéra-Chansons » (25 août),
Considérant que rien ne laisse supposer que ce concept soit reconduit dans la nouvelle édition du matin,
J’ai pris l’initiative de proposer à l’équipe 2 de mes chansons – Je voudrais être un chat… et Le Cadeau.
Vu la grande demande, on m’apprend qu’il y aura tirage au sort…
« Prions! » 🙂

Première vente en France!

Pas la seule copie qui circule en France,
mais certainement ma 1ère vente,
En Bretagne!!!
Merci Marcella 😉

Bonne écoute.

Le syndrome de l’imposteur, vous connaissez?

Je connais mon « produit » et reconnais à quel point ce que j’ai écrit est personnel, dramatique et hors-norme pour une « oeuvre » chansonnière.

Oui, cet album se vend au compte-gouttes;
Non, cet album, sauf chez quelques disquaires indépendants, ne se retrouve pas en magasin;
Oui, cet album ne tourne pas parce que je n’ai pas eu l’équipe qu’il faut pour le mousser;
Oui, cet album, vous pouvez me le commander personnellement;
Oui, vous pouvez le commenter selon votre bon vouloir.

Oui, chaque fois que je lis ceci:
« Ma belle amie Christine a la voix envoûtante, collée, on ne peut plus intrinsèque, à sa personnalité. Qu’on le veuille ou non, au bout de cette écoute, on en sort transformés. Bravo et merci, mon amie! » Lucie Mayer, 31 juillet 2013
ou entends:
« Quel baume, que c’est rafraîchissant. Même si dramatique. Quelle voix! » Julie Côté, auteure, 29 juillet 2013
Oui, chaque fois, j’ai l’impression de rêver, que ça ne s’adresse pas à moi…

Ce sont tous ces commentaires qui, malgré le temps qui s’écoule avec moultes embuches malgré moi depuis la sortie de cet album – l’âge aidant !, me font tenir bon pour vous présenter un de ces jours, même fauchée, ce spectacle que je nourris depuis…

À bientôt !

Au compte-goutte…

Oui, au compte-goutte, cet album, parce que vendu de bouche à oreille, pour le moment.
Parce qu’intemporel, donc en dehors de la pop actuelle, je reçois des commentaires toujours élogieux et surprenants.

Voici les derniers:

Lorraine Prieur, pianiste remarquable, professeur, âme et personnalité sensible:
« (…) 
j’ai écouté il y a quelques temps « Je m’appelle Personne » (sic) et à la première écoute c’est une épée qui est entrée dans mon coeur, à la 2e écoute j’ai entendu le cri de la femme sauvage et je me suis dit que tu avais trouvé un chemin pour te rencontrer et te comprendre … » 13 juin 2013;
« (…) les autres pistes sont différentes, plusieurs atmosphères proposées… les textes sont excellents, porteur de ta quête, solides et forts. La musique explore un univers précis, un peu jazz… avec des intervalles forts que ta voix porte bien… » 24 juin 2013.
Hélène Beaulieu, « ex » de Radio-Canada:
« C’est bon d’entendre autre chose que les petites voix de minettes (bien qu’elle voudrait être un chat). (…) remarquable. Merci! » 2 juillet 2013.
Jacques Hains, organiste:
« (…) j’ai été agréablement surpris. C’est très personnel et très professionnel. Avec des textes en français dont on comprend chaque mot. Une sorte de cabaret. C’est la parole qui guide. Ça me fait penser par moments au Théâtre de quatre sous de Kurt Weil, et au Sprechgesang dans le Wozzeck d’Alban Berg. » 21 juillet 2013.

Quand même!

Merci beaucoup.
À quand, donc, la scène ?!?

Voici l’entrevue des Contes à Rendre

Les Contes à Rendre, Douteux.tv,
24 février 2013, 2e partie

Une entrevue de fond avec Marianne Tremblay-Gosselin, presque 20 minutes!
Début, 2e partie de l’émission
Au plaisir!

http://www.douteux.tv/archives/id_emission-33-id_episode-629-part-2

http://douteux.tv/archives/id_emission-33-id_episode-629-part-2?fb_action_ids=425918054166012&fb_action_types=og.recommends&fb_source=aggregation&fb_aggregation_id=288381481237582

Essayez l’un ou l’autre des liens…