Archives du mot-clé Félix Leclerc

La laideur ?

Vous connaissez Juliette Nourredine ? S’il est un laideron de la scène musicale féminine, c’est bien elle.
Or, je l’a-doooooo-re ! Il s’agit d’une artiste de la chanson française d’immense valeur. Un talent fou ! Dotée d’un sens de l’humour truculent et d’autodérision rafraîchissante, celle-ci se fout de ce qu’on peut bien penser ou dire d’elle.

L’ayant vue en spectacle lors du Coup de cœur francophone en 1993, en plus d’un répertoire à faire rougir n’importe qui, j’ai été témoin d’une bête de scène, assurée et remplie de son art. Depuis, je suis une inconditionnelle.

Nous sommes témoins de propos fort disgracieux concernant la Révélation de l’année Safia Nolin (qui m’a conquise récemment). Depuis son très jeune âge, cette jeune femme a fait l’objet de malveillance — le mot est faible. De quoi être complexée pour la vie…

Je serais bien étonnée qu’elle aie voulu ressembler à Juliette Nourredine, qui pourrait bien lui servir de modèle.

Quoiqu’il en soit, déterminée, dimanche soir Safia Nolin a posé un geste d’affirmation. Un « statement ». C’est tout en son honneur. Et dans le fond, un pied de nez à tous les vilains de ce monde, leur criant sans doute : « Mangez…, f… y… !, MOI, j’ai un FÉLIX ! »

Je lui dis bravo et bonne chance. Mais surtout, prudence : une artiste (surtout une fille) a beau avoir un talent immense, être d’une beauté de fée, si elle est mal entourée…

Gare aux vautours…*

sn

Safia Nolin

*Les Vautours, titre #11, WXYZ… Code secret, un « Opéra-Chansons »

Publicités

Félix — 100 ans…

Étant moi-même « Fille de l’Île »

En ce jour,

Voici mon hommage à ce Monument de notre chanson :

C’est là où j’ai dû m’arrêter…

5 septembre 2013

25 août 2011: lancement-web de mon album à compte d’auteur WXYZ… Code secret, un « Opéra-Chansons ».
Le 1er août précédent: décès de mon père. Funérailles le 6…
Jusque-là, depuis le début de la production, février 2010, je partageais mon temps entre travail alimentaire et enregistrement-mixage-matriçage puis post-production de l’album.
À compte d’auteur veut dire de sa propre poche. Sans subvention aucune.
Il m’avait déjà pris de nombreuses années pour avoir enfin le courage de le mettre à jour, cet album
Il m’aura fallu cette chanson – que je dirai « chanson-phare », Elle s’appelle « Personne »…, pour enfin réaliser que j’avais maintenant tout ce qu’il faut pour aboutir, chanson qui me définit le mieux et qui était toute désignée pour ouvrir l’album.
Lancement-web pour à peu près les mêmes raisons que le « à compte d’auteur », ce fut un sprint allucinant pour arriver « à l’heure »!
Puis, première mauvaise nouvelle: (pour être polie) « avortement » du suivi de l’album; laissée, trop tôt, seule à moi-même pour la suite des choses…

À suivre…

En rappel:
1) La fille de l’île:
(parce que chantée aux funérailles de papa – voir publications)

2) Elle s’appelle « Personne »…:
(cette chanson-phare de l’album)

La Fille de l’île – Félix Leclerc

En cette journée du 8 du 8…
Félix Leclerc savait raconter des histoires.
Permettez que je vous offre de nouveau celle-ci,
parmi ses plus belles chansons, mais qui, à regret, semble avoir été oubliée.
Très chère à mon coeur, c’est pourquoi je vous la ressuscite, en rappel de ce triste jour.

C’était il y a un an…

Voici ce que je chantais à mon père, pour mon père, quelques jours plus tard, en l’église de Sainte-Famille Île d’Orléans.

Il semblerait que je sois la seule à y avoir pensé… Compte tenu…

L’Île d’Orléans: terre de culture | Accueil | Le Journal de Montréal

L’Île d’Orléans: terre de culture | Accueil | Le Journal de Montréal.

C’est ma patrie !

Mon père s’est fait enterrer à Sainte-Famille, le 6 août 2011, ma paroisse natale.Pont-de-lile-dOrléans

Église_Sainte-Famille_(Île_d'Orléans)Lieu de mes ancêtres, les Lemelin, Morency, Létourneau, Vézina…

À réécouter : La fille de l’île, Félix Leclerc…

« La fille de l’île » de Félix Leclerc – a cappella

Bonjour !

Maintenant disponible sur SoundCloud, un enregistrement audio en direct de la chanson La fille de l’île de Félix Leclerc.
C’était le dernier adieu à mon père, le 6 août 2011, en l’église de Sainte-Famille, à l’Île d’Orléans.

Un moment d’émotion que je partage avec vous.